Global searching is not enabled.
Skip to main content

3.1. Vue d’ensemble des outils de veille

Il existe des dizaines, voire des centaines, d’outils de veille et l’offre ne cesse de s’enrichir et de se diversifier. Outils payants ou gratuits, outils intégrés accomplissant toutes les étapes du cycle de veille, ou outils spécialisés portant sur un aspect particulier, outils conçus spécifiquement pour la veille ou utilisés pour cette fonction (comme le réseau social Twitter), outils spécialisés selon les types de veilles (sur les personnes, sur l’actualité, etc.)… : de très nombreux critères caractérisent les outils de veille et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver.

On peut distinguer ces outils selon une typologie simple, organisée autour de quatre principaux critères.


A - Le coût 
Avec la distinction entre outils payants (réservés aux professionnels de la veille) et gratuits, accessibles pour tout  étudiant et enseignant voulant faire de la veille ; l’une des innovations majeures du web social est l’explosion des outils de veille gratuits, permettant une démocratisation inédite des techniques de veille.

 

B - Le degré de spécificité

On peut distinguer :

– d’une part, les outils intégrés, opérant toutes les fonctions de la veille ;  il s’agit généralement des solutions de veille, payantes et réservées aux professionnels ;

– d’autre part, les outils spécifiques, portant sur une ou deux fonctions de veille ; il s’agit surtout des outils gratuits du web, centrés sur l’une ou l’autre des étapes : la collecte, le stockage, la diffusion…. Les outils présentés (et conseillés ici) sont tous des outils spécifiques, qu’il faut apprendre à utiliser de manière combinée et cohérente.

 

C - La fonction principale 

Ce critère est sans doute le plus important et le plus opératoire pour l’utilisateur, et on peut le décomposer en quatre familles d’outils :

– les outils de collecte, centrés sur la surveillance et la collecte automatique des informations : les alertes, les agrégateurs de fils RSSles outils de monitoring de pages web ;

– les outils de stockage, servant à capitaliser les résultats de la collecte : les plateformes de partage de signetsles outils de capture et d’annotation…  (mais la distinction n’est pas toujours évidente, car certaines plateformes de partage de signets proposent aussi des fonctions d’annotation et de capture) ;

– les outils de traitement : on peut y distinguer d’une part les outils de fouille de texte (text mining), d’autre part les outils de cartographie, soit automatique, soit manuelle (outils de mind mapping) ; généralement, ces outils sont plutôt présents dans les solutions payantes de veille (sauf les outils de mind mapping), mais il existe aussi des outils gratuits de traitement de l’information ;

– les outils de diffusion : très nombreux, et regroupant partiellement certains outils des catégories précédentes, on peut y distinguer trois grandes familles : les réseaux sociauxles outils de curation et les newsletters.

 

D - Le type de sources traitées 

Les outils de veille peuvent aussi se répartir selon les types de sources sur lesquelles porte la veille. Dans cette perspective, on peut distinguer les outils de veille portant :

– sur le web en général

– sur les ressources scientifiques

– sur les réseaux sociaux

– sur l’actualité

– sur les blogs

– sur les personnes

 

D’autres types de sources et d’autres outils spécialisés peuvent bien entendu être recensés.

La carte heuristique, accessible ci-dessous en PDF, et en ligne sur MindMeister, tente de récapituler l’ensemble de ces critères en donnant pour chacun différents exemples d’outils. Cette carte ne saurait (et n’entend pas) être exhaustive : au contraire, elle met en exergue quelques-uns des outils détaillés plus loin, avec l’intention assumée de conseiller leur utilisation aux étudiants des Master MEEF et aux enseignants. Mais il nous a paru utile de donner un aperçu de la richesse et de la diversité actuelles des outils de veille.


Last modified: Monday, 22 November 2021, 10:30 PM